mardi 12 février 2019

Il était une fois la révolution....sans ès.révolutionnaires.

LE COMEDIEN DU SPECTACLE BOURGEOIS " FRANCOIS BERLEAN "S'EMPORTE A PROPOS DES GILETS JAUNES … " ILS ME FONT CHIER, DEPUIS LE DEBUT", DANS CET EXTRAIT DE L'OBS , ET DANS UN MOMENT DE LUCIDITE SUR CETTE SOCIETE BOURGEOISE , QUI A CONTAMINE L'ENSEMBLE DE SES MEMBRES ,ON COMPREND MIEUX POURQUOI TANT D'"ANARS", ONT AUSSI DEPUIS LE DEBUT, CONCHIE LES GILETS JAUNES, RADIO LIBERTAIRE, DANS SES PROPOS SUR L'ANTENNE, COMME DANS SON FONCTIONNEMENT, EST DEVENUE LA CARICATURE DE CETTE PETITE COMEDIE BOURGEOISE BIEN DANS L'AIR DU TEMPS.


Mais la bourgeoisie qui occupe actuellement les lieux de pouvoir, celle qu’on croise par exemple aux heures de bureau dans le centre de Paris, on ne la dit pas bourgeoise. On note rarement que l’essentiel des romans, des films et des feuilletons télé se déroulent chez des bourgeois, et traitent de questions bourgeoises. Que les journalistes et ceux qu’ils interrogent sont des bourgeois. Que nos télévisions et nos radios sont des boîtes à bourgeois, comme il y a des boîtes à meuh. Que les politiciens, les hauts-fonctionnaires, les managers, les essayistes en vue, les décideurs culturels dans l’édition, la musique, l’art ou le cinéma sont des bourgeois. Que les bourgeois, qui ne sont pas tout le monde (il y a des non-bourgeois et ils sont même la majorité), règnent sur la France comme la minorité mbochi règne sur le Congo. On dit : République populaire de Chine. On devrait dire : République bourgeoise de France.





pris sur le site Lundi matin.





vendredi 8 février 2019

Du trop de réalités à vous faire gerber sur les bipèdes....!



Requiem pour les abattoirs, dessin de Tardi et chanson de Dominique Grange.

Comme les chambres à gaz, les abattoirs n'ont jamais existé ...

mardi 5 février 2019

Et pourquoi la Violence de rue face à la Brutalité de l'Etat ?

A lire sur le site de Lundi matin, Dialectique de la brutalité et de la violence. Extraits...

 Ce que racontent les hommes politiques, ce n’est pas ce que les gens pensent, mais ce qu’il faut qu’ils pensent – et quand ils disent « nous », ils ne cherchent qu’à baratiner, pour que les gens croient y retrouver, en mieux formulé, ce qu’ils pensent et leur façon de penser. »
Ulrike Meinhof (née en 1934 – a été « suicidée » en cellule le 9 mai 1976), Lettre à Hanna Krabe, 19 mars 1976
« [...] ne pas permettre aux pouvoirs de disposer à leur gré, pour leur confort, du vocabulaire, comme ils l’ont fait, le font encore avec le mot brutalité qu’ils remplacent ici, en France, par bavures. »Jean Genet, Préface aux Textes des prisonniers de la « fraction armée rouge », 1977
Le mot est lâché tel une bombe et il sera seriné huit fois lors de son intervention. Cette « minorité », poursuit-il (pourtant soutenue largement par l’opinion publique), est composée de brutes qui « n’écoutent que leur soif de chaos » (entendez : désir, soif d’agencer le monde autrement qu’en faveur de ceux à qui l’ordre actuel profite) et qui « brisent des vies [sic] » (mais qui brise des vies si ce n’est la police qui éborgne, mutile, emprisonne, brutalise ?).
.......



Commentaire : 
Certains syndiqués de l'anarchisme ont su depuis plusieurs années se placer du côté de la brutalité de l'Etat en se ralliant au syndicat des vitrines.
C H 



Comme d'habitude étude pertinente de nos deux sociologues, mais leurs solutions avancées très discutables.....

lundi 28 janvier 2019

Passer à la télé tue !

"Passer à la télé tue !" Bourdieu l'avait déjà noté, c'est se tromper que de croire qu'on va pouvoir tout dire dans une émission télé, mais quand en plus on y passe et qu'on a rien à dire alors là comme dirait Coluche on ferait bien mieux de fermer sa gueule.....
Voilà un article de Michel Onfray, pourtant un peu habitué des plateaux télés, investiguer les ficelles du pouvoir afin d'étouffer et de tuer le mouvement des gilets jaunes. A lire !  Le Baiser de Judas.



jeudi 24 janvier 2019

Ronds points argentins...


Ensemble, nous vous souhaitons de bonnes révolutions
VIVE LES PIQUETEROS ET LES GILETS JAUNES

PETIT RAPPEL ARGENTIN

MODE D'EMPLOI
Blocage de routes ET DES RONDS-POINTS

Le nom « piquetero » prend inspiration de l’action principale entreprise pour acquérir plus de visibilité, soit le blocage des routes par des chômeurs brandissant des pancartes. Étant ignorés par les médias, « [c]eux qui organisent les barrages n'ont pas d'autre solution, pour gagner en visibilité et ouvrir des espaces de négociation, que d'exposer leur propre corps sur les routes », comme expliqué par Pereyra et Svampa . Ils obtiennent ainsi une attention et une représentativité, leur voix devenant entendue mondialement. Cette méthode d’action perturbatrice semble plus efficace et donner plus de résultats que les marches populaires habituelles, car les indigents interagissent ainsi directement avec les autres acteurs concernés. Par ailleurs, les barrages sont sur des routes et endroits de circulation clés, par exemple la route nationale no 3 reliant la capitale fédérale avec la province de Buenos Aires et la Patagonie , ou devant des bureaux gouvernementaux  ou des lieux-clés de Buenos Aires comme La Plaza de Mayo .


vendredi 18 janvier 2019

Cause toujours....


....dans le ML ..... La pensée libre gelée.
Cette épître pourra-t-elle permettre de commencer à bousculer les pratiques des anars de garde ou des gardiens de la firme FA.

  Le ML veut introduire des débats, un grand débat comme Macron, alors que depuis des années, il faudrait apporter des réponses et surtout des solutions, plutôt que de la censure et des exclusions comme récemment à Radio Libertaire, où la dernière purge a scellé le sectarisme de son fonctionnement.

mardi 8 janvier 2019

Quand des gilets les plumes s'envolent....

Requinqués par les gilets jaunes ...

Michel Onfray et le transpalette

Edwy Plenel sur Médiapart, «Gilets jaunes»: la violence du pouvoir attise la violence du pays".

Quelques liens à rappeler.
Le site de  Lundi matin (à consulter sans modération), Les Gilets jaunes et la question démocratique de Samuel Hayat ect...
L'article de Mathieu Jean qui se réfère au livre de Mathieu Rigouste "La domination policière" Signalons aussi le numéro de ce journal JAUNE  qu'on peut télécharger .(pris sur le site de Claude Guillon).
Entretien "L'insurrection est-elle venue?" avec Eric Hazan sur MEDIA d'Aude Lancelin.


Sur les violences policières depuis l'apparition des gilets jaunes, David Dufresne sur Media

lundi 17 décembre 2018

Une identité politique.... perdue

RADIO LIBERTAIRE

Une identité politique...perdue

Bien plus que censure et exclusion ou retrait d'émissions sans aucune explication, hormis celle d'une instance autoritaire officielle sur un portail internet, d'un bureau télécommandé par l'ignorance et la fossilisation, voir l'article sur Wikipédia sur la prétendue identité politique de cette radio (1), en pleine période insurrectionnelle ou prérévolutionnaire avec les évènements des "Gilets Jaunes" qui secouent le Pouvoir et les institutions comme jamais depuis 1968...
aucune émission spéciale, pas de reportage ou de tables rondes dans le studio...aucune antenne ouverte...plutôt des bandes sans fin inter...minables.

Une radio "libre" prise en flagrant délit de collaboration avec le POUVOIR !! A l'insu de son plein gré.

Comme dit l'autre la "rebellitude" a déserté et la servitude s'est emparée de la radio au préjudice du mouvement libertaire sclérosé par la voix de ses maîtres.


1) c'est dans la présentation de la réalité quotidienne, des luttes et dans les rencontres, que s'est crée l'ouverture de  Radio Libertaire vers le mouvement social : travailleurs en grève, chômeurs, mal-logés, squatters, anti-racistes, écologistes, réfractaires, exilés....Surviennent des crises, et le travail quotidien de Radio Libertaire est bouleversé par l'exigence du moment. 
Avec le mouvement étudiant de 1986, Radio Libertaire devient la radio du mouvement : reportages dans les rues, tables rondes dans le studio, antenne ouverte pour témoigner des violences policières.
lorsque la guerre du Golfe éclate, Radio Libertaire se positionne comme la radio des "anti-guerre", qui, heure par heure, annonce manifestations, meetings, réunions des comités de quartier, tout en proposant des débats et analyses.

jeudi 13 décembre 2018

Manifester, c'est...être gouverné. P J PROUDHON


 "L’Etat est étranger au droit, indifférent à toute idée morale : c’est un simple instrument de force " PJ Proudhon.

Les Gilets Jaunes Acte 5, Samedi 15 Décembre 2018

Manifester .... c'est être suspecté, contrôlé, fouillé, menacé, injurié, empêché, grenadé, gazeé, flash-ballé, matraqué, bastonné, canoné, piétiné, blessé, arrêté, embarqué, dépossédé, humilié, encellulé, condamné, emprisonné.......



Être gouverné

Être gouverné, c’est être gardé à vue, inspecté, espionné, dirigé, légiféré, réglementé, parqué, endoctriné, prêché, contrôlé, estimé, apprécié, censuré, commandé, par des êtres qui n’ont ni titre, ni la science, ni la vertu…

Être gouverné, c’est être à chaque transaction, à chaque mouvement, noté, enregistré, recensé, tarifé, timbré, toisé, coté, cotisé, patenté, licencié, autorisé, admonesté, empêché, réformé, redressé, corrigé.
C’est sous prétexte d’utilité publique et au nom de l’intérêt général être mis à contribution, exercé, rançonné, exploité, monopolisé, concussionné, pressuré, mystifié, volé ; puis, à la moindre réclamation, au premier mot de plainte, réprimé, amendé, vilipendé, vexé, traqué, houspillé, assommé, désarmé, garrotté, emprisonné, fusillé, mitraillé, jugé, condamné, déporté, sacrifié, vendu, trahi, et pour comble, joué, berné, outragé, déshonoré.

Voilà le gouvernement, voilà sa justice, voilà sa morale ! Et qu’il y a parmi nous des démocrates qui prétendent que le gouvernement a du bon ; des socialistes qui soutiennent, au nom de la liberté, de l’égalité et de la fraternité, cette ignominie ; des prolétaires qui posent leur candidature à la présidence la République !”
Pierre-Joseph Proudhon, “Idée générale de la révolution au XIXe siècle”



 L’Etat est étranger au droit, indifférent à toute idée morale : c’est un simple instrument de force »

Gilets jaunes acte 5, samedi 15 décembre 

Manifester ....c'est être suspecté, contrôlé, fouillé, menacé, injurié, empêché, grenadé, gazeé, flash-ballé, matraqué, bastonné, canoné, piétiné, blessé, arrêté, embarqué, dépossédé, humilié, encellulé, condamné, emprisonné.......



samedi 20 octobre 2018

Antisémitisme, le mot qui tue, et abécédaire de combat contre un autoritarisme flagrant !

Antisémitisme. Le mot qui tue, ou qui veut bâillonner l'autre.
Juillet 2008, à l'époque, le Canard Enchainé était aux abonnés absents tandis que le Monde donnait tribune aux chiens de garde, un peu seul le Monde Diplomatique B avec la plume de Pierre Rimbert, soutenait Siné ainsi que l'émission Chronique Hebdo.
Catherine Sinet revient sur cette affaire dans le hors série en Kiosque Siné Mensuel, pour les 10 ans de cette parution.
Les Fatwas pour antisémitisme des chiens de garde du politiquement correct de nouveau sont lancées !
C C'est invraisemblable ! On découvre après des décennies d'animation à l' antenne que Robert et Pikekou, animateurs de deux émissions, seraient des nazillards camouflés au sein de la radio et de la fédération anarchiste ! Le ridicule lui ne tue pas ...
A pour écouter l'émission avec Siné, Jacques, Gérard.

B pour lire l'article de Pierre Rimbert, Siné et l'Inquisition.

C la lettre de Robert et Pikekou d'Artracaille, en réponse au Califat de RL.

D  Et ...le communiqué émis par le secrétariat, où se révèle à ceux qui les connaissent,  cette habileté à inverser les rôles,  à mentir sur tout...

E La lettre de Gérard, l'animateur de Chronique Hebdo, aux expulsés de RL.

F  Retour à l'émission le "Vivre ensemble", éjectée en 2012.

G Pour écouter l'émission "pirate"  du 13 Octobre 2018 de chroniques syndicales, effacée du site de radio libertaire, dans laquelle des animatrices (eurs) parlent de la gestion des problèmes à la radio.....

H CARABISTOUILLES à la FA. Quelques caricatures des acrimateurs et des personnes impliquées dans la dernière lessive de la radio. 

I  SANS TOIT NI LOI Une émission d’infos sur la précarité et surtout de résistance et de soutien aux combats pour une transformation sociale, est passée à la trappe en février 2013, après 23 ans de service. 
Petit retour sur l'émission "pirate"  Eric l'animateur y parle de son investissement. Il fait une analyse des comportements courant chez les les animateurs,  qui font ce qu'ils veulent mais qui se soucient plus souvent d'augmenter leur carnet d'adresses que de soutenir des luttes sociales. Que s'est-il passé ?
Les animateurs de l'émission sans toit ni loi, pas au courant de l'attribution du créneau suivant leur émission, avaient débordé leur heure et chahuté le pousse disque = animateur de l'émission musicale qui se présentait....
Ce qui aurait pu n'être qu'un incident devait devenir un crime de lèse majesté et permettre à l'héritière au poste de secrétaire générale d'étaler sa toute nouvelle autorité, - moi décider tout, dehors !  
La lettre réponse de l'animateur donne une idée de la manière dont ces despotes règlent leurs comptes. Pour sûr la Terreur cette fois précèdera la Révolution !



J  Anti FA vous avez dit ? Pourquoi ? En 2013 Ravage éditions sortait "Pour en finir avec la FA" un petit brulot très instructif  !  



dimanche 14 octobre 2018

Bis repetita.



Et oui, c'est une nouvelle saison d'épuration pour le moins musclée qui a commencé juste avant l'été  et qui se poursuit sur Radio Libertaire !
Boubichkulture
Pour l'heure, et pour soutenir ces animateurs évincés comme des malpropres, ou démissionnaires parce qu'ils sont dégoutés des rapports avec la direction de cette oeuvre de la FA, voici le lien (à partir de 1.08) pour écouter leur version des faits.
C'est là. (c'était là.....)

BEN NON !

Voilà, c'est fini, disparue la parole de ces vieux routiers de l'antenne !
Mais rien d'étonnant.  Sans être devin on peut s'attendre que ces dégageurs aient recours à l'Organisation pour mieux entériner leurs méfaits....
et pour quel résultat ......aucune illusion à se faire ! (avis personnel)


Alors voici l'essentiel !
C'est le texte que ces redoutables pirates ont pu lire à l'antenne...

Chères auditrices, chers auditeurs, d’une radio qui a bien
Des dieux, des maîtres, des patrons, et votre fric !


Cet été, alors qu’à quelques vieux animateurs et animatrices nous tenions l’antenne dans le but de ne pas vous laisser désinformés tant sur le plan social, religieux qu’économique, des sujets pour ma part assez délicats nécessitant bien du temps de préparation et de grand plaisir je vous l’accorde, d’autres, plutôt musiciens d’avant-garde ou poètes décontractés peu présents derrière les micros entamaient une chasse aux sorcières, tout à fait incongrue qui a  jailli soudainement, non pas suite à des propos fascistes énoncés en live par Riposte laïque comme c’est arrivé au studio lors de l’émission la Philanthropie de l’ouvrier charpentier, ni en raison de l’invitation de femmes voilées par les « Femmes libres », mais par la maladresse d’un camarade, maladresse commise par excès de zèle pour avoir annoncé sa prochaine émission sur Intifada, en révélant « Palestine un camp de concentration à ciel ouvert ».

Rares sont les animateurs et animatrices qui se lancent dans une telle émission particulièrement explosive, connaissant l’esprit d’un certain nombre de critiques intérieurs à l’affût de la moindre erreur pour le plaisir de sanctionner et délice suprême exclure ! Ecrire de la Palestine « un camp de concentration à ciel ouvert » a provoqué de la part des petits censeurs, petits anarchistes, petits esprits tordus, tout un délire de violences verbales, d’insultes, d’incongruité énorme au point d’en arriver à la défense de l’Etat colonial et d’apartheid d’Israël !

L’émission incriminée, votre émission que vous n’avez jamais contestée et pour cause, elle est courageuse, parfaitement documentée, et ouverte à des témoins indépendants, venus d’Israël, vous l’aurez deviné à son silence décrété par Camille Raulin, la fille de l’autre Riposte Laïque, c’est INTIFADA, animée par Pikékou et Robert qui officient également sur ARTRACAILLE, une brillante émission qui nous offre le bonheur de nous transporter gratuitement et avec des guides de talent dans des expositions de peinture, nous offrant un accès au Beau, à l’intelligence, à des vies d’artistes hors normes, libres et qui ont du répondant !….

INTIFADA, les animateurs ont osé se lancer dans un tel défi d’émission qu’ils ne pouvaient que déclencher à un moment donné chez certains oisifs auto proclamés anarchistes un déferlement de haine quasi suspect.  La Palestine, un sujet brûlant que l’émission très très prudente sinon très dans les clous de Ni dieu ni maître, a toujours habilement contourné de peur de froisser d’éventuels délateurs tellement en vogue et tellement répandus dans les entreprises normales. (souvenez-vous de l’intervention enregistrée lors des Chroniques syndicales de Didier Bille, DRH dans le privé et son livre expliquant comment les meilleurs flics des salariés sont les salariés eux-mêmes et entre eux !)

Or, deux animateurs, simples diffuseurs de musiques d’autrui ont alors monopolisé la liste mails des animateurs de la radio de demandes revanchardes d’excuses, parce que Robert et Pikékou en attaquant l’Etat israëlien devenaient alors antisémites. A se demander si nos deux « fouilles merdes » comme ils ont été taxés à juste titre par des animateurs excédés suite à leur insistance nauséabonde, avaient leur place parmi nous !

Après deux mois de vacances, Camille Raulin, la secrétaire, demandant aux intervenants de calmer leur acharnement, suspend d’office, les deux émissions ARTRACAILLE et INTIFADA. Il fallait que les représentants de la FA décident des sanctions à prendre contre les deux dangereux animateurs Robert et Pikékou anti-sionistes, anti-juifs, anti-sémites,. d’autant plus anti-tout que durant ces deux mois de vacances où nous vous parlions avec attention dans le poste pour garder un contact constructif et critique entre vous et nous, les « deux fouilles merdes » en question, sont allés fouiller les sites des deux animateurs pour en ressortir une illustration de Robert interprétée avec mauvaise foi de façon tendancieuse, de l’antisionisme d’origine à l’antisémitisme supposé.

Alors vous, chers auditeurs, chères auditrices, vous qui êtes si confiants, méfiez-vous, vos oreilles n’auraient-elles pas entendu non radio libertaire, mais radio Faurisson ! D’après ces individus issus de la noblesse et de la bourgeoisie bien-pensante, c’est radio Soral, radio Notre Dame, où l’on ne cesse de parler de Céline et, à ce degré d’ignorance, apprenez que même ceux qui dirigent la radio sont incapables de faire la différence entre anti-sionisme et anti-sémitisme et ne savent pas quoi penser d’un Etat grand comme deux départements français revendiqué depuis juillet 2018 comme le seul état juif au monde !

A radio libertaire, comme dans n’importe quelle radio, deviendrait-il nécessaire de justifier une telle pathologie mentale, alors que nous n’avons que faire de Dieu, Maître et Etat ?
Perdus dans ce fatras d’immondices, les décideurs et décideuses choisissent : place aux jeunes et aux pousses-disques, priorité aux musiques qui font consensus sur une radio qui perd chaque jour un peu plus de son âme et de ses émissions trop critiques et bine dérangeantes pour un secrétariat qui préfère convoquer le souvenir des morts anarchistes, ou des intellectuels qui parlent bien et écrivent avec mesure, en se méfiant des rares anarchistes qui sont au combat sur le terrain.

Le secrétariat baîllonne à la volée ce qui reste encore audible de la voix anarchiste, il licencie tous ceux qui se dressent contre son manque d’intégrité politique, son injustice, en imposant le silence définitivement à l’antenne, aux pacifistes, aux artistes, aux militants de terrain qui luttent pied à pied contre la misère, la chasse aux sans-papiers ou les destructions d’une planète excavée jusqu’à la mort !

Nous sommes loin du « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je me battrai pour que vous ayez la possibilité de le dire »….

Tous bénévoles, nous ne disposons pas de délégués du personnel, même si nous-mêmes sommes syndicalistes, défenseurs prud’homaux ou conseils du salarié, nous n’avons aucun moyen de nous défendre face à un secrétariat tout puissant qui fait ce qu’il veut et qui exclut comme il l’entend, quand bien-même il ignore avec précision le contenu d’une affaire parfaitement bien présentée, détaillée, expliquée aux auditeurs par des animateurs ayant enquêté en tant que journalistes dans ce confetti posé au bord de la Méditerranée. Ils ont eu beau témoigner, constater confirmer qu’Intifada était une émission de qualité, d’autant plus fouillée à l’extrême qu’elle serait dans le collimateur des décideurs, rien n’y a fait INTIFADA était condamnée d’emblée.

Donc, Robert et Pikékou sont virés comme des malpropres, des salopards, d’une radio sans dieu, sans maître, sans publicité paraît-il !
Par conséquent, moi, Marie Christine, en tant que vieille syndicaliste de « merde », soucieuse d’éviter tout écart entre ce qui est dit et ce qui est fait, entre ce qui est vécu et ce qui est pensé, je n’ai plus rien à faire dans une radio qui se satisfait de compilation de recettes révolutionnaires, d’une idéologie momifiée, et d’un ENORME MENSONGE « ni dieu, ni maître » entretenu depuis tant d’années ! Ce n’est sûrement pas en fin de parcours, que je vais laisser partir sans broncher des bons « travailleurs » ! Tous les contributeurs actifs de la radio tremblent à l’idée d’être à leur tour virés…. Ils le seront bien-sûr, tôt ou tard, parce qu’ils n’auront pas obéi au grand secrétariat, (qui sait, peut-être soudoyé par le lobby israëlien, va savoir !)parce qu’ils auront fauté, que leur tête chenue ne conviendra plus, qu’ils oseront revendiquer leur résidu émoussé de liberté qu’ils ne pourront pas le droit de qualifier d’anarchie !

Même hors de la radio, comme en dehors de l’entreprise, le syndicalisme actif de nos chroniques syndicales demeure vivant, expérimental, dans ce sens où c’est le vécu des militants, leurs expériences de lutte et de vie qui engendrent la théorie et non l’inverse ! A radio libertaire, avec des syndicalistes de terrain, nous avons tenté d’apporter notre contribution à l’élaboration d’une pratique de vie libre, autogérée, avec notre pierre à la construction d’un mouvement anarchiste….

A présent, je quitte une radio ordinaire qui se comporte d’une manière autoritaire pire que celle du Medef qui devrait s’en inspirer tant elle est verrouillée de toutes parts ! Elle a son lot de licenciés et se fout de savoir ce qu’ils sont devenus…. sont passés à la trappe, dans le plus grand secret, Jacques, Nadia, Casquette, Jean-Jacques, Floréal, Jean Verlinde, Eric, Jacob, Pikékou, Robert, Christophe, Marie Christine  et j’en oublie bien-sûr ! Vous auditeurs, auditrices, vous qui participez et entretenez cette radio…. Qu’allez-vous faire alors ???????? Vous n’êtes même pas consultés sur les décisions de « votre radio » et vous payez n’est-ce pas ?

Vous allez payer encore et encore, envoyer des lettres au secrétariat, qui ne répondra jamais ! Le secrétariat décide, dirige, organise comme n’importe quel patron, sans le moindre contrôle des actionnaires que vous n’êtes pas puisque tenus en respect, de facto par le parti politique « Fédération anarchiste » !

Je vous laisse toutes et tous accepter le pouvoir de ces gens autoritaires, et sans cœur, je préfère poursuivre la lutte aux côtés de fidèles militants, des gens de peu, engagés pas seulement avec des paroles et des musiques, mais qui se construisent en même temps qu’ils construisent avec d’autres hommes d’autres femmes modestes, volontaires, solidaires et tolérants, non sectaires, amicaux et point haineux, honnêtes et courageux, aptes à contester les injustices et à se révolter contre les dominants, en s’opposant durement l’abomination de toute hiérarchie.

Pour nous rejoindre, n’hésitez pas à nous contacter :

Mariechristine.peyrondet@yahoo.fr
EDMP – 8 IMPASSE CROZATIER 75011 PARIS


Si vous voulez comprendre notre modeste fonctionnement sans dieu, sans maître et sans argent lisez « notre » livre « Accueillir les migrations enfantines »…. Editions Saint-Honoré…sorti le 5 octobre 2018, et qui vous exposera comment l’anarchie reste malgré tout, une heureuse façon de vivre et d’aborder l’avenir avec des enfants de rien et rejetés de tous !

Le blog de Floréal Melgar aussi vous éclairera sur les façons dont la radio peut mal tourner entre les mains de quelques autoritaires, Floréal aussi a dû quitter la radio en 2013 : blog « SILENCE RADIO »

Marie Christine Rojas Guerra syndicaliste aux chroniques syndicales depuis presque 20 ans….







lundi 14 mai 2018

Mai 2018

Interruption de l'émission .....un certain temps !

En attendant n'hesitez pas à consulter le site Lundi Matin et,
Lignes de Force le blog de Claude Guillon.


A Marseille une foule se rassemblait en solidarité avec les migrants qui sont refoulés manu-militari à la frontière avec l'Italie. Etape de la Marche qui va relier La Roya à Calais, commencée le 1er Mai .....
 

lundi 7 mai 2018

MAI 2018

Un an d'exercice du sport pestilentiel.



dimanche 8 avril 2018

Avril 2018

Interruption de presse ....
L'animateur suspend pour un moment ses venues au studio, mais il y reviendra dès que possible. On l'attend vivement.

En attendant, ce sont les dessinateurs qui font quelques portraits de l'actualité, Fred Morisse et Bernard Thomas Roudeix.






mardi 13 mars 2018

Jeudi 15 mars



jeudi 8 mars 2018

jeudi 8 mars

Pas d'émission mais un lien vers une radio, une émission et un animateur ami....
L’équipe de Dissonances se déplace à Barcelone ; elle y est accueillie par Tomas Ibañez.
Avec sa voix chaleureuse,  Tomas va nous faire vivre 70 ans d’une histoire qui est la sienne, mais aussi celle d’une partie des espagnols et des français d’aujourd’hui.
De l’Espagne, il en garde les stigmates des réfugiés de l’exil libertaire.
De la France, il nous raconte sa participation au mouvement de Mai 68, et nous fait vivre son implication dans l’émergence d’une pensée anarchiste qu’il veut ouverte. 
Et aujourd’hui, depuis cette Catalogne qui fait la une des médias, Tomas Ibanez, cet aiguillon irrévérencieux de la pensée libertaire, nous fait partager ses réflexions sur un anarchisme sans dogme, sur le pouvoir et la liberté, sur la révolution dans la révolution, et sur les nouvelles formes de luttes.
Dans Dissonances, il sera question de « A cerclé »,  de Mai 68, de Michel Foucault, mais aussi de Catalogne et de ce piège qu’est, pour un esprit libre et libertaire, l’illusion du nationalisme.
Tomas Ibanez nous invite à partager son désir de faire la révolution dans la révolution, à ne pas attendre le grand soir, mais à le vivre, aujourd’hui .

mercredi 28 février 2018

jeudi 1 mars


mercredi 21 février 2018

Jeudi 22 Février Invité d'onze heures Yvan Dautin


ECOUTE
PARTIE 1
PARTIE 2

MISE EN OREILLE...
GARE, L'AVENTURE AU BOUT DU QUAI...UN CHEMINOT ME DIT, EN CITANT SON GRAND PÈRE "QUAND JE VOIS LA CGT AUJOURD'HUI, J'AI HONTE...

CERTAINS FONT DE LA POLITIQUE, D'AUTRES FONT LES POLITICIENS... BURE, BURE, ZAD ÉVACUÉE, A DÉFENDRE PLUS QUE JAMAIS...

CETTE MAUDITE RACE HUMAINE, INÉDIT DE MARK TWAIN (ed ACTES SUD)...ET LE RÉGAL D'ONZE HEURES AVEC YVAN DAUTIN...






mercredi 14 février 2018

15 Février 2018

TOUT LE MONDE DETESTE LE TRAVAIL !
En janvier à Paris avait lieu une réunion dans une annexe de la Bourse du travail pour des battres, ra battre le Trawail. Le désacraliser est une activité de grande salubrité !
A lire le billet de S Quadruppani, "Pour les ZAD, contre l'Etat de droit, contre le Travail".
et un peu de musique....

ECOUTER
PARTIE 1
PARTIE 2
PARTIE 3
MISE EN OREILLE …

ANTONIN BERNANOS ,LETTRE DE FLEURY MÉROGIS…DOC DU RÉEL ,LE TRIPALIUM À LA BOURSE DU TRAVAIL …

PIÈRRE MUSSO ,LA RELIGION INDUSTRIELLE,  ED. FAYARD …LES RÉVISIONNISTES POLITICIENS SUR LE COMPTAGE DES SDF(SANS ABRI)…

À PARIS GRANDE NUIT DE LA" SOLIDARITÉ " ,1800 PARISIENS CALCULENT LE "VRAI NOMBRE " DES DORMEURS DANS LA RUE …

PAS D'AGRÉGATION POLITIQUE POSSIBLE SUR LA LIGNE C DU RER …CHANSONS POUR ,LA DAME CENDRILLON (Y. DAUTIN) ,SDF (A. LEPREST)…

jeudi 1 février 2018

Jeudi 1 Février 2018


Mise en oreille...

Les vrais assassins de la guerre économique occultés par les chaînes infos avec des faits divers sordides...
derrière les paillettes de la mode...
Chasseurs vigilants nouveaux RG des campagnes...
Elias Canneti "L'autorité se fait sur des monceaux de cadavres"...
Des livres signalés...Tue ton patron de Jean Pierre Levaray...
Tomas Ibanez, Pour un anarchisme sans dogmes...manifeste animaliste de Corine Pelluchon, pour politiser la question animale...

PARTIE 1
PARTIE 2

Rendez-vous avec Fred Morisse, jeudi 8 Février à Paris.