mercredi 13 novembre 2019

Messieurs les censeurs je vous emmerde !

C'est le grand retour de l'INQUISITION sur RL devenue radio libre de se taire.

N'allez plus à la 18ème minute pour entendre un membre de la bande de la Pente du Carmel exprimer son abjection des relifions et des censeurs de RL devenue Notre Dame sur 89,4 puisque la censure n'a pas tardé... On s'en branle (expression chérie de la Pente)......
La voilà la conclusion qui dérange les despotes cheffaillons qui règnent sur cette feu radio anar.





La liste des émissions évincées par ces renégats.
Ni Maitre ni Dieu
Les Partageux
Le Vivre ensemble (la condition animale)
Offensive Sonore (écologie politique)
Sans toits ni lois (injustices sociales)
Chronique Hebdo (actualités politique...)
Artracaille (art, culture )
Chroniques Syndicales
la Pente du Carmel

sans oublier les émissions qui ont préféré quitter cette galère.

Pour ne pas rester sur cette bande de crétins notoires,  retour a l'actualité.
Un entretien avec Samuel Hayat que nous avions reçu dans l'émission.
"S'il y a une leçon a tirer de ces soulèvements c'est qu'on ne veut plus de chef...."







mardi 13 août 2019

Le Fascisme démocratique en marche à Nantes comme ailleurs.




Quand Léo Férré soutenait la Cause du Peuple !

Se mettre en lutte est une victoire !


1) Texte emprunté sur le site de là-bas si j'y suis....

Les médias c’est une gomme, une grosse gomme qui efface alors qu’elle prétend montrer, c’est la fabrique de l’oubli, c’est l’ardoise magique, on efface tout et on recommence et au suivant et au suivant.

Une diarrhée permanente et on tire la chaîne, première chaîne, deuxième, troisième et ainsi de suite. Parfois c’est tant mieux, parfois c’est bien dommage. Des trésors disparaissent ainsi, des bijoux, des boussoles, des lumières, des plans d’évacuation, des équations mirobolantes, des brins de bruyère et des traits de génie. Mais non, tout doit disparaître, le monstre avale tout. Surtout les paroles, c’est en premier ce qui s’envole et croyez que ça nous fait pas plaisir à nous autres, les rémouleurs du micro. Prenez les Gilets jaunes. Dès le début en novembre on a couru de manifs en ronds-points, Gaylord, Dillah, Sophie et toute l’équipe pour vous faire partager ce qui se vivait là, ce qui se disait là, de profond, de sincère, de violent, d’irréversible et d’inattendu dans un monde de plus en plus maussade et dégonflé. Un genre de miracle social en somme, qui bien sûr n’allait pas durer. Sauf que ça a duré, sauf que ça dure et que ça dure durement. Mais vers où ? Émancipation ou réaction ? Et comment ? Quelle violence face à la violence dominante ? D’où l’envie pour préparer la rentrée de revenir sur ces paroles envolées, en radio bien sûr, mais aussi en noir sur blanc, fidèlement transcrites, à lire et à relire, au moins pour la saveur fraternelle de la lutte.

Se mettre en lutte est une victoire, peu importe l’issue. Rompre les rangs, relever la tête, affronter le maître, ne plus se laisser intimider par les fanfarons médiatiques, sortir de la solitude et de la honte d’avoir honte, découvrir que d’autres, beaucoup d’autres en ont ras-le-cul, se retrouver, parler, gueuler, se faire cuire des saucisses et boire au même goulot. Même si c’est quelques heures, quelques jours, c’est déjà ça que Macron n’aura pas, ni les siens, ni leurs chiens. Et voila que ça dure depuis des mois, et depuis des mois ça décline, et depuis des mois c’est fini, les experts le répètent en boucle.

Sauf que ça dure, ça dure durement.

Si on faisait deux tas, un tas avec les paroles des Gilets jaunes et un tas avec les commentaires sur les Gilets jaunes, on verrait que la masse des commentaires est cent fois plus haute, mille fois plus lourde. Depuis des mois on a une parfaite illustration de ce que répétait Pierre Bourdieu au sujet de ceux de la classe populaire : ils sont plus parlés qu’ils ne parlent et lorsqu’ils parlent, ils parlent comme ceux qui parlent d’eux [1]. Sauf cette fois, surtout au début, surtout sur les ronds-points un peu partout dans le pays, un autre langage soudain s’est fait entendre.

L’insoumission commence par les mots. Par oser les mots. Cette langue que le beau monde disait morte c’est le très ancien cri du peuple quand l’injustice vous écrase la poitrine et vous arrache les dents. Il faut l’écouter cette parole, la faire entendre, la partager sur les petits ruisseaux jusqu’à atteindre un beau jour les grandes rivières sous la lune.

Daniel MERMET



10 août 2019

Une nouvelle chanson réaliste d'Yvan Dautin.

8 août 2019

envoyé par Bernard Thomas-Roudeix



vendredi 21 juin 2019

Livre :  texte et image empruntés sur le site de l'Insomniaque.
"Au printemps 2018, la classe dirigeante se frottait les mains : elle avait solidement installé sur le trône de France le plus fidèle exécutant de son projet de domination totale.
Un an plus tard, le pouvoir, massivement conspué et contraint à la reculade, est aux abois. Le peuple s’est éveillé. La plus formidable, la plus persistante des révoltes sociales depuis un demi-siècle a éclaté, donnant naissance au mouvement des Gilets jaunes et à son cortège d’actes de rébellion.
Une prise de conscience collective a eu lieu sur les ronds-points, dans les défilés sauvages, dans les échanges de points de vue – et face aux mensonges et dissimulations des grands médias publics et privés.
Des citoyennes et des citoyens, réunis par la colère, se sont mis à palabrer, à chanter leurs rêves et hurler leurs dégoûts, à échanger leurs idées et à dépasser leurs préjugés. Nombre d’entre eux ont inscrit quelques mots, qui leur venaient des tripes, au dos de leur gilet fluo.
La réunion d’une centaine de ces dos en verve, dans un petit album photo loquace, forme une contribution, modeste mais instructive, aux débats qui sont nés du mouvement.
À ces dos – qui parlent et grondent, qui crient et rient –, nous avons joint des propos de Gilets jaunes, ainsi que quelques informations et quelques observations de notre cru."


La critique des médias.
Le mouvement des gilets jaunes a du essuyer en plus des violences policières un déversement de haine de la part des médias .... Une réunion filmée a été organisée par Acrimed à la Bourse du travail le 6 juin. 





mercredi 29 mai 2019



De la saine lecture : A contretemps bulletin de critique bibliographique.
Ce texte de Freddy GOMEZ . Misère de la théorie en temps d'émeute.
Aux gardiens de la secte de la Théorie (anarchiste) incapables d’avoir compris
l’extraordinaire puissance du mouvement des gilets jaunes ,comme tout soubresaut
de dissidence ou de surgissement de la vie à l’intérieur de son organisation.


A écouter :

Entretien pris sur le site Reporterre.
Christiane Vollaire, vous êtes philosophe et Gilet jaune. Pourquoi ?

« Je suis philosophe d’abord, et puis j’ai écrit un bouquin qui s’appelle ’Pour une philosophie de terrain’, il y a deux ans. Ca veut dire qu’on va faire du terrain, je vais m’entretenir avec des gens, et je pense que la philosophie doit être dans le réel et doit tirer ses concepts du réel, et non pas imposer comme une avant-garde des concepts sur le réel. »Donc, j’ai voulu travailler sur les Gilets jaunes, et en travaillant sur les Gilets jaunes, je me suis fait embarquée, tout simplement. Au départ, ce qui devait être un travail de terrain est devenu un engagement. Il faudra bien que ça redevienne un terrain aussi, pour que je puisse faire le travail de philosophie qui va avec, mais ce que je pense surtout, c’est que le rapport des chercheurs aux Gilets jaunes ne doit surtout pas être un rapport de donneur de leçons à des gens qui seraient là un peu brouillons, mais que c’est exactement le contraire, qu’il y a une pensée de l’action politique, qu’agir politiquement, ça produit une véritable pensée, et que cette pensée, les chercheurs en ont besoin. Et que si on ne se nourrit pas de cette pensée, on est mort.

- Alors, la pensée des Gilets jaunes, c’est quoi ?

« C’est un rapport au réel. Machiavel disait,  »ce n’est pas d’un côté le ventre qui serait le peuple - comme le prétendait Platon -, et de l’autre côté le cerveau qui serait les grands« , les grands entre guillemets. Les gouvernants ne sont absolument pas un cerveau, ils sont un ventre. Et c’est au contraire eux qui se nourrissent et s’en foutent plein les fouilles, et de l’autre côté, il y a des gens qui pensent. Ce n’est pas la même chose de vouloir être dominant, et de ne pas vouloir être dominé. Quand on ne veut pas être dominé, c’est qu’on pense. Quand on veut être dominant, c’est juste qu’on veut bouffer. »


Messe électorale europaienne
La peste et le choléra ont infecté à peine 20 pour sang du corps électoral
La majorité de la population (non-inscrits, boycotteurs, blancs, nuls et abstentionnistes)
n’a pas cautionné l’éborgnage, les mutilations, la prison et les morts de l’insurrection des Gilets Jaunes. 
C’est une nouvelle excellente pour la Révolution ...qui vient .







-->

mercredi 15 mai 2019

Les Européennes...


Le casse tête des mairies !  NON A CETTE POLLUTION VISUELLE.
Toutes ces gueules de zombies qui se décomposent sur les affiches du bourg et
polluent les rues par l’accumulation de leurs tronches cadavériques ,
vous pouvez jouer au petit jeu inventé par notre ami Boris Vian ,
J’irai cracher sur vos tombes ,
Prenez de l’avance en allant cracher sur leurs gueules de momies
C’est simple et utile à vos poumons de glavioter sur ces crachoirs dressés
dans toutes les communes grâce au pognon de vos impôts
Faites vous photographier en train de réaliser cet acte civique et salvateur
Les plus beaux clichés seront publiés au Journal Officiel .



Juan Branco  dans l'émission "là-bas si j'y suis" de Daniel Mermet.

Dominique Grange, à Bas l'Etat Policier !

mercredi 8 mai 2019

Appel pour le 11 mai.

Pris sur Reporterre

La rencontre du 11 mai est à l’initiative de : Comité Adama Traoré, Attac, Solidaires, Front de mères, Collectif « Tous migrants », Désarmons-les !, Maison du peuple des GJde Saint-Nazaire, Assemblée des blessé-e-s, Confédération Paysanne, Réseau « Sortir du nucléaire », des participant-e-s à la lutte de Bure… Avec le soutien de : Comité Vérité et Justice pour Wissam, Collectif Vérité et Justice pour Lamine Dieng, Collectif Vies Volées, Fondation Copernic, collectif Romain Rolland, Libérons-les, Union Juive Française pour la Paix, comité Montreuil Palestine, Pas sans Nous 49, association « Danger Montpertuis » [1] L’évènement sera couvert par (liste provisoire) : Reporterre, Basta !, Radio Parleur.
-->




La Parisienne libérée.

jeudi 25 avril 2019

1er Mai


à lire sur le site Paris-luttes infos.



A la Manif,  la lettre de Gérard.  

"A  PARIS MONTPARNASSE, ce premier Mai a été particulièrement gazeux et brutal par l’attaque  immédiate contre les manifestants en jaune, en rouge, en noir et en couleurs par les forces du désastre et de l’insécurité des Macroncastagneurs qui veulent écraser le mouvement social après avoir voulu supprimer le droit de manifester, en utilisant toute la propagande médiatique à leur botte.

A  14H 30 les drapeaux noirs en berne ou absents ,ayant préféré l’anarchisme (couverture du ML) place « défaite » cultivant l’entre- soi, ne voulant pas « mélencher » les torchons jaunes avec les drapeaux noirs de la respectabilité encartée.

Siné mensuel comme la librairie Libertalia proposaient quelques lectures stimulantes au milieu de quelques sandwicheries improvisées …A vous d’aller suivre sur les différents sites d’info les comptes rendus de cette journée de guerre sociale …

Voulant éviter le gazage et le grenadage, je n’ai pas continué la manifestation jusqu’à la place d’Italie et ai su déléguer aux enfants révoltés dont je suis le père (syntaxe chinoise) la « joie » de participer à une manifestation interdite dans un pays qui n’a plus rien à envier aux dictatures, et en ce qui concerne le premier Mai, sait en mesure de répression en remémorer les origines de l’Histoire." 

Commentaire :
Sur la journée du 1er mai, on peut regarder la première émission présentée par Denis Robert (journaliste d'investigation qui a révélé l'affaire Clearstream) du MEDIA.
Denis Robert a été l'invité de l'émission Chronique Hebdo en 1996 pour son livre "prémonitoire" La Justice ou le Chaos

Nouveauté sur le blog, une page CONDITION ANIMALE est ouverte pour rassembler les articles concernant les (mauvais) traitements faits aux animaux.... Comme la parution en 2015 de cette BD Et si on inversait les rôles de Barbara Daniels.






samedi 13 avril 2019

avril 2019, Tonton Vania n'est plus....




à lire sur le site Nosenchanteurs, Vania Adrien Sens le chanteur de rue nous a quitté. 




mardi 19 mars 2019

Mars Marseille






À Paris le 16 mars, et partout ailleurs en France par la suite, quelle plus belle saison que le printemps pour reprendre pied sur terre ? Et quel plus beau printemps que celui où prend fin la misère de l’économie ?



La revue A Contretemps de Freddy Gomez, les gilets jaunes sur la Canebière !




ET A PARIS .... 

LA COMMUNE DE PARIS A PRIS LES CHAMPS CE SAMEDI 16 MARS

LA BOURGEAILLE ET LES INTELLOPES MACRONIENS FIENTENT DANS LEUR CHAIRE A L'ELYSEE

Il ne faut pas laisser les intellectuels jouer avec les allumettes
Parce que Messieurs quand on le laisse seul
le monde mental Messssieurs
N'est pas du tout brillant
Et sitôt qu'il est seul
Travaille arbitrairement
S'érigeant pour soi-même
Et soi-disant généreusement en l'honneur des travailleurs du
bâtiment
Un auto-monument
Répétons-le Messsssieurs
Quand on le laisse seul
Le monde mental
Ment
Monumentalement.
Jacques Prévert photographie de Doisneau. 











vendredi 15 mars 2019

samedi 9 mars 2019

9 mars 2019

RADIO LIBERTAIRE « ET LES RADIOS LIBRES »

En septembre 1996, au temps où Radio libertaire défendait la liberté d’expression, elle avait accueilli sur son antenne la radio Ici et Maintenant, car à l’époque, le CSA avait décidé de sanctionner cette radio pour « diffusion répétée lors des émissions de libre expression, de propos racistes, antisémites ou négationnistes », et tout cela pour ne pas voir s’éteindre une voix « libre de plus ».

En octobre 2011, TDF (Télédiffusion de France) interrompait les programmes d’Aligre FM car elle n’avait pas payé ses dettes auprès de son diffuseur, ce qui avait été contesté lors d’une émission sur Radio Libertaire qui s’insurgeait  contre ce silence contraint.

Depuis 2015, Aligre FM héberge chaque jour, deux heures de programme de Radio Sputnik, et cela pour la modique somme de 40 000 € par an, le patron d’Aligre prétextant une question de survie face à l’endettement de sa radio.
Le CSA qui ne s’était aperçu de rien, vient d’interdire ce partenariat (info du Canard enchaîné « Radio Moscou sur Aligre » mercredi 6 mars 2019)

Si Radio Sputnik ne peut plus «  propagander » sur Aligre, il lui reste alors l’ opportunité d’aller voir sur Radio Libertaire, où après les toutes dernières purges d’émissions, il pourrait y  trouver un créneau horaire salutaire.

De plus, le bureau politique de la Radio de la FA pourrait obtenir, en contrepartie, une rétribution pécuniaire intéressante relative à la chute importante du nombre de ses auditeurs , auxquels il est sans cesse  demandé un soutien financier, et « Radio Sputnik » rencontrer enfin une « radio libre » dont la  gestion  et  l’ organisation autoritaires ne pourraient que la combler.

lundi 25 février 2019

L'appel aux riches


mercredi 20 février 2019

Là-bas si j'y suis...

Pierre RIMBERT et Serge HALIMI écrivent "Quand les gilets jaunes font tomber les masques" article paru dans le Monde Diplomatique de février. Le numéro de décembre présentait une carte des lieux de pouvoir sur Paris, banques, restaurants, boutiques ce qui n'a pas manqué de faire réagir les chiens de garde.
On peut les écouter dans un entretien percutant qui revient sur un grand nombre de réactions bourgeoises anti-gilets jaunes et qui visent à médiocriser le mouvement.
La rage manifestée des journalistes est inhabituelle, leur brutalité apparait au grand jour. A écouter.

LECTURES :
"La grande Peur des gilets jaunes" Négatif n°26 février 2O19.
 "Régénération" n°25 automne 2018.

samedi 16 février 2019

Bis répétita...

Ils sont venus, ils sont tous là, dès qu’ils ont entendu ce cri « antisémitisme » 

Tous les partis politiques républicains montent au créneau pour organiser une belle manif le 19 février dans la « kapitâle » et se refaire à moindre  frais une belle vitrine sans tag et sans reproche, après l’union sacrée républicaine contre les actes de rébellion politiquement incorrects attribués aux Gilets Jaunes et toutes les sanctions rendues par la justice bourgeoise à l’encontre des victimes de la répression macronienne. 

Antisémitisme, voir un extrait de la critique du bouquin d’Horvilleur(1)  publié sur le site Lundimatin ainsi que le site Mediapart relatif aux chiffres repris dans les médias sur l’augmentation en 2018, par rapport à la moyenne des actes qualifiés d’antisémite depuis les années 2000 et leur traduction instantanée en «  explosion » pour sonner le tocsin dans les radiotélégazettes  et essayer de disqualifier la révolte populaire.

Ce levier bien commode de l’indignation nationale utilisée pour disqualifier toute opposition ou subterfuge efficace pour incriminer tout contestataire, fonctionne comme une arme de destruction massive de la pensée, qui ressurgit selon l’utilité officielle du moment, pour satisfaire ces manipulateurs de basse police politicienne.

(1)

En effet, après avoir dépolitisé l’histoire juive dans les chapitres précédents, Horvilleur peut désormais présenter la complicité d’Israël avec les forces impériales comme le délire des intégristes. L’État d’Israël serait la victime innocente d’une haine démesurée qui n’a rien à voir avec ses actes violents comme force occupante du peuple palestinien. Ceux qui attaquent les sionistes ne le feraient pas pour la cause palestinienne, mais à cause de la haine des Juifs. Ceux qui disent qu’Israël instrumentalise la Shoah seraient également dans le délire antisémite. « La question antisémite » devient ainsi un principe organisateur de l’Histoire qui normalise les rapports de domination et justifie les injustices.

Ron Naiweld est chargé de recherche au CNRS



Pour Info 

mardi 12 février 2019

Il était une fois la révolution....sans ès.révolutionnaires.

LE COMEDIEN DU SPECTACLE BOURGEOIS " FRANCOIS BERLEAN "S'EMPORTE A PROPOS DES GILETS JAUNES … " ILS ME FONT CHIER, DEPUIS LE DEBUT", DANS CET EXTRAIT DE L'OBS , ET DANS UN MOMENT DE LUCIDITE SUR CETTE SOCIETE BOURGEOISE , QUI A CONTAMINE L'ENSEMBLE DE SES MEMBRES ,ON COMPREND MIEUX POURQUOI TANT D'"ANARS", ONT AUSSI DEPUIS LE DEBUT, CONCHIE LES GILETS JAUNES, RADIO LIBERTAIRE, DANS SES PROPOS SUR L'ANTENNE, COMME DANS SON FONCTIONNEMENT, EST DEVENUE LA CARICATURE DE CETTE PETITE COMEDIE BOURGEOISE BIEN DANS L'AIR DU TEMPS.


Mais la bourgeoisie qui occupe actuellement les lieux de pouvoir, celle qu’on croise par exemple aux heures de bureau dans le centre de Paris, on ne la dit pas bourgeoise. On note rarement que l’essentiel des romans, des films et des feuilletons télé se déroulent chez des bourgeois, et traitent de questions bourgeoises. Que les journalistes et ceux qu’ils interrogent sont des bourgeois. Que nos télévisions et nos radios sont des boîtes à bourgeois, comme il y a des boîtes à meuh. Que les politiciens, les hauts-fonctionnaires, les managers, les essayistes en vue, les décideurs culturels dans l’édition, la musique, l’art ou le cinéma sont des bourgeois. Que les bourgeois, qui ne sont pas tout le monde (il y a des non-bourgeois et ils sont même la majorité), règnent sur la France comme la minorité mbochi règne sur le Congo. On dit : République populaire de Chine. On devrait dire : République bourgeoise de France.





pris sur le site Lundi matin.





vendredi 8 février 2019

Du trop de réalités à vous faire gerber sur les bipèdes....!



Requiem pour les abattoirs, dessin de Tardi et chanson de Dominique Grange.

Comme les chambres à gaz, les abattoirs n'ont jamais existé ...